6 août 2018 1 06 /08 /août /2018 06:50

 

Fort de ses nobles fruits ronds et bleus dans les branches,

il m'attire. Ne se plaint pas

d'être ainsi au bord du champ

avec ses présents au mois d'août,

oui, aucune plainte ne me saisit !

Je ne lui envie pas les vents

chargés de pluie et la visite

des pies et mésanges dans un concert de ramages.

Pour le plaisir des yeux du grand-père

et la joie de la grand-mère,

il était déjà là.

Dans vingt ans

quand je serai mort,

tu ne dois pas encore mourir.

J'aimerais qu'il y ait une légende

racontant que je me lève

en été de la tombe

pour goûter alors des quetsches mûres,

ni vu ni connu.

 

19.01.2012 / 20.01.2012

 

 

 

Johannes Kühn

À qui appartient ce long cortège de nuages blancs

Traduit de l'allemand par Joël Vincent

Cheyne, 2015

 

 

 

 

 

 

 

Zwestschgenbaum

 

Blaue, runde Edelfrüchte in den Zweigen

lockt er mich. Keine Klage,

dass er so am Feldrand steht

mit seinen Gaben im August,

befällt mich, keine Klage!

Ich gönne ihn die Winde

voll Regen und der Elstern

und der Meisen klingender Besuch.

Grossvaters Augenweide,

Grossmutters Freude

war er schon.

Noch nicht in zwanzig Jahren,

wenn ich tot bin,

darfst du sterben.

Ich  möchte, dass es eine Sage gebe,

dass ich im Sommer

aus dem Grab aufsteh

un dann reife Zwetschgen koste,

von niemandem gesehen.

 

 

Johannes Kühn

 

SG