13 juin 2021 7 13 /06 /juin /2021 18:24

 

Un arbre est mort dans mon jardin

Ramure pétrifiée

Jaillissant vers le ciel

Fantôme décharné

Aux couleurs éteintes

 

Les matins de printemps

J'aimais de ma fenêtre

Indiscret mais complice

Observer le ballet

Des mésanges novices

 

Les pics avaient appris

Avant bien avant moi

Que les larves avançaient

Dans leur œuvre de mort

De leur bec frappant sur l'écorce tambour

Ils luttaient vainement

Pour différer la fin

 

Sur le tronc desséché

Le promeneur naïf croit

Qu'ils cherchent pitance

Leurs coups désespérés

Aux rythme africains

Toquent toquent

Funèbre lamento

 

Un jour je n'ai plus vu

Les pics

Les écureuils même ont quitté le navire

Quelques feuilles rougies

S'accrochent au motif

Le vent même

Ne les fait plus frémir

 

Quand dans la cheminée

Éclateront tes braises

Tu renaîtras soudain

Pour un plaisir furtif

Tu t'éteindras enfin

Comme un désir s'apaise

Cendre petit matin

Le froid soudain si vif

 

 

 

 

Mac Janer

Fleuve de Cendres

Éditions du Petit Véhicule, 1998

SG