1 avril 2018 7 01 /04 /avril /2018 11:00

 

Tour de reins d'un arbre

contre le vent.

 

L'arbre aux feuilles hachées.

Son ombre

sur l'éventrement d'un balcon, un clair matin de guerre.

 

L'arbre sec

où pendre l'un, crucifier l'autre.

 

L'arbre à sorcières

avec un fœtus entre ses racines.

 

Les arbres arc-boutés

corps dans les herbes

où glisse la couleuvre, avec sa tiédeur méconnue.

 

Les ocelles de la couleuvre

on ne les sépare pas de sa peau

 

ni le nœud d'arbre

de sa bouche invisible, profond dans la terre.

 

L'extase est le contraire du bonheur. C'est âpreté dans bise fraîche.

 

 

 

 

 

Marie-Claire Bancquart

La paix saignée

précédé de Contrées du corps natal

Obsidiane, 1999

SG