30 mars 2018 5 30 /03 /mars /2018 07:20

 

Face à la montée grave de la sève

La nature se disculpait avec le geste doux des arbres

Un étrange jardin marchait en nous

Tressé d'eau, de lueurs et d'ailes

Il n'y aurait rien à redire au monde

Si tout avait l'odeur des jonquilles au printemps

Si la fragilité féroce des bourgeons

Restait cette fumée

Ce brouillard de feuillages

Et d'herbe à peine née

Appuyé à ton flanc.

 

 

 

Luc Bérimont

Le sang des hommes

Poèmes, 1940-1983

Éditions Bruno Doucey, 2015

SG