12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 09:20

 

Je musarde dans les bois

et, le soir venu, allume un feu.

À présent un jour de fini

à l'occident, la lune décline.

 

L'univers est parti se reposer,

broussailles et sentes se taisent,

mais les ailes des chauves-souris

noircissent face à la lueur du feu.

 

Mon cœur se repose, rêve,

s'apaise comme dans l'ivresse.

Autour de moi dans les bois, l'immense,

le doux bruissement me submerge.

 

 

 

 

 

Knut Hamsun

Le chœur sauvage

Vildt kor

Poèmes, édition de 1927

Traduction du norvégien par Eva Sauvegrain

et Pierre Grouix

Éditinter, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

Ved Nyingen

 

Jeg gaar og pusler i Skogen

og tænder et Baal ved Kveld.

Nu slukner en dag i Vesten

og Maanen staaer halvt paaheld.

 

Alverden er gaat til Hvile,

det tier fra Busk og Sti,

men Flagermusvinger sortner

i Nyingens Slin forbi.

 

Mit Hjerte dovner og drommer

og stilner som i en Rus.

Omkring mig vælder fra Skogen

et sakte evindelig Sus.

 

 

Knut Hamsun

SG