13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 09:53

 

 

   Sur fond d'azur le voici, comme un personnage de la comédie italienne, avec un rien d'histrionisme saugrenu, poudré comme Pierrot, dans son costume à pois jaunes, le mimosa.
   Mais ce n'est pas un arbuste lunaire : plutôt solaire, multisolaire…
   Un caractère d'une naïve gloriole, vite découragé.
   Chaque grain n'est aucunement lisse, mais formé de poils soyeux, un astre si l'on veut, étoilé au maximum.
   Les feuilles ont l'air de grandes plumes, très légères et cependant très accablées d'elles-mêmes ; plus attendrissantes dès lors que d'autres palmes, par là aussi très distinguées. Et pourtant, il y a quelque chose actuellement vulgaire dans l'idée du mimosa ; c'est une fleur qui vient d'être vulgarisée.
   …Comme dans tamaris il y a tamis, dans mimosa il y a mima.

 

 

 

 

Francis Ponge

La Rage de l'expression

1952

SG