19 février 2018 1 19 /02 /février /2018 14:20

 

Mais où sont donc passés tous les

petits oiseaux et jusqu'où suis-je allé ?

Je me trouve au milieu d'un monde de mine

d'argent où rien ne vient, d'où rien ne part,

où rien du tout n'arrive. Je regarde devant moi.

Où que mes yeux se tournent,

je ne reconnais rien.

 

Il arriva alors dans un bois d'argent —

comme dans un conte de fées. Ici

repose un chant de scintillement, de brillance

qu'on dirait chanté par un chœur d'étoiles.

Oh comme je vins ici jeune homme pour

pétrifier le troll, cette bête sournoise,

pour réveiller une vierge qui dort !

 

À présent, je souris aux contes de fées

et l'âge m'a assagi. Avant, je trottais

de par le monde insouciant et jeune,

à présent je lève un pied alourdi par l'âge.

mais le cœur — le cœur veut courir.

Le feu me mène, la glace m'arrête,

nul repos nulle part.

 

Une saute de vent tombe sur le monde

comme dans la respiration de l'esprit.

Un souffle traverse la broderie d'argent

du bois, on aurait dit le passage rapide

d'un lion posant sa patte en silence.

C'était bien un dieu se promenant au soir.

Et la forêt tressaillit à la racine.

 

 

 

 

Knut Hamsun

Le chœur sauvage

Vildt kor

Poèmes, édition de 1927

Traduction du norvégien par Eva Sauvegrain

et Pierre Grouix

Éditinter, 2010

 

 

 

 

 

 

 

Rimet Skogp

 

 

Men hvor er alle Fugler smaa

og hvor er jeg selv kommet hen ?

Midt i en Sølvmineverden jeg staar

hvor intet kommer og intet gaar

og intet i Verden hænder.

Jeg stirrer og kjender mig ikke igjen

hvorhelst jeg mit Øie vender.

 

Saa kom han til en Skog av Sølv —

slil lydde et Eventyr.

Her hviler en Sang i Flimmer og Flor

som sunget istand av et Stjernekor.

Aa kom jeg som Yndling herover

at stenbinde Trollet, det lurende Dyr,

og vække en Møi som sover !

 

Nu smiler jeg av Eventyr

og Alder har gjort mig vis.

Før traadte jeg Jorden saa ødselt og ungt,

nu løfter jeg Foten saa aldrende tungt

mens Hjertet — Hjertet vil ile.

Jeg drives av Ild og blindes av Is

og finder mig ingen Hvile.

 

Det slaar et Gust paa Verden ned

som foran et Aandefang.

Et Pust gjennem Skogens Sølvbroderi,

trædende lydløst med Poten.

Det var vel en Gud paa sin Aftengang.

Og Skogen bævet paa Roten.

 

 

Knut Hamsun

SG