27 janvier 2018 6 27 /01 /janvier /2018 07:38

 

Tronc de chêne et puits de miel

Le chêne pousse, et dans le chêne un puits

Si les amis s'entendent, la vie est belle.

Je me penche et puise le miel

Et toi, en bas, aide-moi. Ça poisse...

Compagnons d'armes, vous m'avez suivi,

Ne brisez jamais notre entente

J'ai quelque chose à vous dire.

L'homme calme, pacifique et sans haine

Est une rose venue dans le désert.

Mais le parjure est un scorpion

De haine, il se piquerait lui-même.

Parfois, grimpé sur un bon cheval

Je passe la limite de mes terres

Pour m'abandonner au rêve

Vider mon esprit de tout poison de malheur.

C'est le lot des arbres solitaires

Colosses dressés dans la plaine

Le vent ne les couche pas, il joue avec leurs feuilles

Et les bourgeons sont à couvert.

Pour saisir la comparaison il faut un peu de finesse :

Les khan dominent, tant que le peuple les tolère

Pour une proie ils passent le gué

En cas de banqueroute ils volent le riche.

N'oublie pas : l'antilope, sa maison, c'est la plaine

Pour le preux, c'est la guerre. Le lion a le cri

Comme lui fondez sur l'ennemi !

Alors nous verrons bien ce qui nous attend.

 

 

 

 

Makhambet Utemissov

L'armoise rouge de la steppe

Poèmes Kazakhs

Texte français de Jacques Jouet

Caractères, 2003

SG