8 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 15:56

 

1

Non loin de l'abbaye, à Landévennec

Pour Gilles Baudry

 

 

Les arbres    pommier mort

Dans le vent d'hirondelles

La mer se retire     laissant

Murmurer le sable des regards.

 

Les arbres     combien de voyages

Et je ne l'ai jamais quitté

Ce verger intérieur descendant

Doucement vers la laisse des marées.

 

Les arbres     mais au fil du temps

La forme du pommier mort

S'est effacée de mes paupières

Pour se confondre avec les mots.

 

Les arbres     du pommier mort

Traquer la forme en moi perdue

Et chercher de toutes ses floraisons

La trace plus incertaine encore.

 

Les arbres     il est maintenant

À terre sous les herbes de l'oubli

Cet arbre dont je cherche la forme

Éperdument de poème en poème.

 

Les arbres     forme perdue

Du pommier mort qui sème

De printemps en printemps

Dans l'oubli le plus vivant.

 

 

 

 

Jean-Pierre Denis

Me voici forêt

Le Passeur Éditeur, 2014

SG