19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 17:06

 

Tu passes

l’air est plein de forêts dormantes

de portes de remparts

On croise des visages d’écorce

des fuites d’oiseaux brefs

des rires des ravages

Tout descend vers le fleuve

là où le livre invente

la troisième rive

 

 

 

Jacqueline Saint-Jean

Table de l’estuaire

L’Autre Rive, 2007

SG