2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 06:59

 

Je suis né d’un songe de la terre rêvant qu’elle s’unissait au ciel.

 

J’ai grandi dans l’ombre inquiète de racines toujours assoiffées d’obscur.

 

Et j’ai fleuri dans l’allégresse de la sève et l’offertoire des frondaisons.

 

Je suis l’axe du monde, vivant défi des temps carbonifères. L’alliance de l’ombre et de l’éclair, le tremplin des orages, l’esprit des sources et des souffles.

 

Je suis le sommeil et l’éveil, le silence et la symphonie.

 

Je suis l’oratoire des astres, et mes feuillages s’impatientent des apocalypses à venir.

 

J’abrite en mes branches l’aspic et l’alouette, l’ogre et l’océanide, le singe et la sylphide, le ver et la vestale.

 

J’abrite l’hier des fauves, le présent des oiseaux et le demain des hommes.

 

J’abrite le nid des anges et les couvées du ciel.

 

Je suis l’axe du monde. *

 

 

 

 

* Yggdrasil est le nom donné par les anciens Germains au Frêne cosmique qui reliait le ciel et la terre. Il abritait en ses racines les divinités du destin, en ses branches toute l’humanité et en son sommeil le palais des dieux.



 

 

 

Jacques Lacarrière

À l'orée du pays fertile

Œuvres poétiques complètes

Seghers, 2012

SG