28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 15:40

 

En quittant la Palestine,

il souhaitait trouver en ces terres l'arbre à ananas,

il imaginait un arbre foisonnant

pareil à celui que Dieu plaça au paradis.

 

Il quitta sa terre

avec l'espoir d'une nouvelle terre

et il ne trouva pas ce qu'il attendait.

 

Dans ce poème, mon grand-père,

peut ramasser des ananas au sommet d'un arbre,

parce que dans un poème

même les arbres qui n'existent pas peuvent pousser,

les fruits millénaires et même le pays natal.

 

Et pourtant, j'insiste.

 

Je veux que refleurisse ici

non pas l'arbre mais l'espoir

qu'il existe encore un endroit

où abondent les arbres à ananas.

 

 

 

 

 

Rolando Kattan

Passagers d'exil

Anthologie par Bruno Doucey et Pierre Kobel

Éditions Bruno Doucey, 2017

 

 

 

 

 

 

El árbol de la piña 

 

 

Al salir de Palestina, quería encontrar en estas tierras el árbol de la piña. Imaginaba un árbol frondoso, parecido al que situó Dios en el paraíso.


Abandonó su tierra con la esperanza de una nueva y no encontró lo que esperaba.


En este poema, mi abuelo, puede recolectar piñas de la copa de un árbol, porque en un poema pueden crecer incluso los árboles que no existen, los milenarios frutos y hasta el país natal.

Sin embargo, insisto. Lo que quiero que aquí retoñe no es el árbol, sino la esperanza de que todavía hay un sitio donde abundan los árboles de piña.

 

 

Rolando Kattan

SG