1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 19:11

 

Je ne m'efforce ni à penser ni à réfléchir

j'écoute seulement l'arbre

isolé dans son silence

taillé dans le bleu

 

j'écoute le son de l'arbre avec sa gangue

et ses racines dans le bleu

le son arraché aux strates

les plus profondes du ciel

à ce son invisible

j'attache mon corps

et j'accorde

mes pas

les battements de mon cœur et mon silence

 

suis-je encore capable

de deviner les échos de la forêt ?

les signes les respirations

les éclaboussures

l'entourage invisible de

mon passage dans le désert ?

 

là où il n'y a rien

il y a des tempêtes qui font trembler l'univers

 

comme une petite maison à la campagne

l'arbre de la lumière sans nom

est la grotte

sans dimension et sans mesure

qui dépasse notre dessin inachevé

 

 

 

 

Luis Mizòn

Marée Basse suivi de Six Arbres

Æncrages & Co, 2012

SG