23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 08:19

 

Poussière d’argent,
Levée depuis la terre,
Plus haut que n’atteignent mes bras,
Tu es montée.
O argent,
Plus haut que n’atteignent mes bras,
Tu nous fais face, en grosses masses ;

 

Jamais fleur n’ouvrit
Feuille blanche si dévouée
Jamais fleur ne divisa l’argent
D’un argent si rare ;

 

O poire blanche,
Tes touffes de fleurs,
Épaisses sur la branche,
Offrant les fruits mûrs de l’été
Dans leurs cœurs pourpres.

 

 

 

H. D.

Sea garden, 1916

Traduction par Pierre Vinclair

 

 

 

 

 

Pear Tree

 

 

Silver dust  

lifted from the earth,  

higher than my arms reach,  

you have mounted.  

O silver,

higher than my arms reach  

you front us with great mass;  

  

no flower ever opened  

so staunch a white leaf,  

no flower ever parted silver

from such rare silver;  

  

O white pear,  

your flower-tufts, 

thick on the branch,  

bring summer and ripe fruits

in their purple hearts.

 

 

 

Poème issu du premier recueil d’H. D., Sea garden, 1916

SG