22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 18:28

 

L'arbre bientôt restera seul,

Et dressera sur le ciel vide

Ses bras de squelette intrépide.

Puisque des feuilles le linceul,

 

Déjà découpé de naissance,

Confirme, la saison venue,

Une destinée bien connue

Et qui ignore la décence.

 

Et puisque des oiseaux le vol

Va se séparer du feuillage

En essaim de pensées furtives.

 

Donc entre le ciel et le sol

L'esprit de l'arbre se partage

En rêves qui au vent dérivent.

 

 

 

 

 

Stéphane Jardin

Le Point du jour

100 poèmes et dessins

de 23 jeunes artistes d'aujourd'hui

Maison de Poésie, Paris, 1998

SG