22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 05:02

 

Le soir a tendu de sa brume
Les peupliers de Keranroux.
La première étoile s’allume :
Viens-t’en voir les peupliers roux.


Fouettés des vents, battus des grêles,
Et toujours sveltes cependant,
Ils lèvent leurs colonnes grêles
Sur le fond gris de l’occident.

 

Et dans ces brumes vespérales

Les longs et minces peupliers

Font rêver à des cathédrales

Qui n'auraient plus que leurs piliers.

 

 

 

Charles Le Goffic

Poésies complètes

1922

SG