2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 18:46

 

L'olivier mêle ses racines

à l'humus de ma chair.

Dans son tronc, je m'élève,

protégée du gel et des morsures noires.

 

Je transmute ma soif et ma faim

et coule comme miel

dans ses fibres ligneuses.

 

Traversée par le ciel,

j'invente des voyages

où les mots ont des ailes

et un alphabet d'arbre.

 

Cambrée sur l'horizon,

j'invective les voiles

de ses grands bateaux blancs.

 

À leur bord,

s'harmonisent des images,

liquides et dévêtues 

jusqu'à la transparence.

 

Comblés et absous,

mes yeux s'ensemencent.

 

Dans la crue de printemps,

se réconcilient la promesse et l’aveu.

 

 

 

 

Brigitte Broc

SG