26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 06:59

 

Même si le monde croît encore,

même si, sous l'écorce, la vie se renouvelle

et dure,

le rêve si souvent est suspendu,

et c'est dans l'éphémère

que tu murmures encore.

    L'arbre se lève

et le jour,

partons !

à l'heure première,

puisque une sève nous porte,

puisque toujours la nuit se pose

sur le feuillage de l'être

et la mort,

noire lumière

qui brûle les instants.

    Même si le monde croit encore,

tu bois le silence

et le vent qui balance

les certitudes.

    La vie s'élève ou tombe ?

Quand pardonneras-tu ?

 

 

 

 

Éric Sivry

Revue " Phréatique "

n°70, 1996

SG