31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 05:38

 

 

                                À Masaki Kobayashi.

 

 

En lisière du rêve,

le brûlant, l'homme à l'aube infuse

déclina

            dans la neige crue.

 

En lisière du noir,

où saignait sa mémoire,

son corps

               comme une claie de gerçures.

 

Confus,

            dans la glace et l'argile,

le sommeillant se mit à feuiller.

 

L'oiseau du vert

sur sa mort s'était posé.

 

 

 

 

Fernand Ouellette

Choix de poèmes (1955-1997)

Fides, 2004

SG