30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 11:04

 

Les villes à minuit

écoutent l'ombre d'un tilleul

le pavé accueille l'image

d'un arbre muet qui s'égoutte

 

Feuillage mémoire voilée

Quand tout est peine et rêves

il n'y a plus que le temps

le temps sur un visage

 

« Que dites-vous cette nuit

Amour mon amour à voix basse ?

— Je dis que la ville grandit

et s'enracine.»

 

 

 

 

Jean Laroche

Le roncier de mémoire

et autres poèmes

Éditions du Petit Véhicule, 1999

 

SG