15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 17:21

 

une bête mourante nous adresse des signes

et depuis lors des pierres émergent de la peau

l'enfant a vu la mort cachée dans un couteau

et l'aveugle ramasse toutes les feuilles qui tombent

 

vêtus de vaste froid jusqu'aux épaules vaines

de sombres étrangers dilapidaient la mort

d'autres ouvraient le feu des anneaux interdits

et j'ai vu des enfants en uniformes noirs

 

un soir où les oiseaux refusaient de mourir

j'ai vu dans une forêt ces descendants de loups

qui enterrent la nuit de grands poissons d'argent

 

j'ai vu ceux qui disputent un enfant à l'orage

mais il reste un couteau dans le flanc du pain noir

sur la table de bois où vient mourir ma main

 

 

 

 

Tristan Cabral

Le passeur de silence

La Découverte, 1986

SG