7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 18:41

 

                                                                         À Raoul Grimard

 

     Un homme pâle cueille les fruits de son jardin

Il distribue ses caresses aux animaux et aux arbres

       Il touche ce qu'il aime, avec précaution

               « Ma vie, cette vitre légère,

               Prenez garde de la ternir.

          Je bois de l'eau    Je mange des fruits

               Et je couche à la belle étoile.

               Un regard affectueux :

               C'est tout le prix que je veux ;

               Je dédie à ceux qui m'aiment

               Le miroir le plus fidèle

               Connaissez-y mon secret,

               C'est votre meilleur visage :

               Le seul digne, ̶  le seul vrai,

               Que je fis à mon image.»

 

     Aimable comme Dieu, comme lui méprisé,

Un homme grave cueille les fruits de son verger.

 

 

 

 

Odilon-Jean Périer

Le promeneur

La Différence, 1989

SG