20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 17:22

 

De-que fai resclanti l'aubada

Dau musicaire majoural

Que boufa dins la nivoulada,

Aureta douça ou fort mistral ?

Es l'anjounèl que voulastreja,

Lou ventoulet que foulastreja

De grels en grels, gais e countènts ;

Ou la flou que trais de l'erbeta

Lou fin perfum de sa bouqueta

Au figuiè que ris au printèms ?

 

Es lou figuiè qu'à soun brancage,

Pèr assoustà lous aucelous,

Espandis dins l'èr soun fioiage

Que n'acatariè de moulous.

Es el que garda una becada

Dins chasca figa entre-secada,

Quand, penjoulant long dau ramèu,

Arnadurada que s'espeta,

Col-toursut fai de sa gourdeta,

Rajà de perletas de mèu.

 

 

 

Joseph-Henri Castelnau

La Courouna pouetica dau Lengadoc

Ma Dinièirola

Hamelin, 1887

 

 

 

 

Qu'est-ce qui fait retentir l'aubade — du maestro — qui souffle dans les nuages, — brise légère ou fort vent du nord ? — Est-ce l'ange qui voltige, — le vent léger qui folâtre — de rameaux en rameaux, gais et contents ; — ou bien la fleur qui envoie du gazon — le fin parfum de son haleine — au figuier qui sourit au printemps ?

 

C'est le figuier qui à son branchage, — pour abriter les oisillons, — étend dans l'espace son feuillage —  qui en protégerait des multitudes. — C'est lui qui garde une becquée — dans chaque figue entre-séchée, — lorsque, pendante le long des branches, — si mûre qu'elle en éclate, — tordant le col en forme de gourde, — elle fait ruisseler les perles de son miel.

 

 

Lou Figuiè

Illustration : Edouard Marsal

SG