25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 07:40

 

Le petit jardin est si doucement intime

que les moindres objets y forment des obstacles.

Les humbles laitues elles-mêmes ont un parfum

et la terre est une amie, conforme et odorante.

Les pruniers dressent leurs corolles

en fleurs et tremblent d'un amour serein.

Comme une vague s'y éploient

un parfum de terre et une pulsation du soleil.

 

 

 

Pablo Neruda

Cahiers de Temuco (1919-1920)

Traduction de Claude Couffon

Le Temps des Cerises, 2003

SG