17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 08:48

 

N'offensez pas cet arbre qui protège

De son ombre aux aguets le corps du dieu enfant

Endormi depuis deux mille ans sous l'herbe le

     temps la neige.

 

Un langage à venir mûrit dans l'aubépine.

Tout est mouvement tout est geste

De la lente coulée à l'explosion du vol.

Le rocher pense et prie.

Mille frissons secrets animent la matière :

" Je veux vivre " dit le mot Mort

Tandis que la mer orpheline

Pleure tout le sel de son corps.

 

Les hiéroglyphes de la constellation de Bérénice

Publient en caractères lumineux les sentences d'un

    dieu à naître

Au matin de l'ultime jour.

 

 

 

Marc Alyn

Les Alphabets du Feu

iD Livre, 2002

 

SG