30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 12:02

 

Boisé, bramé de cerfs,
de toute part le monde presse le mot
qui tarde sur tes lèvres
embrasé d'un reste d'été

 

Le monde emporte le mot et tu le suis,
tu le suis, tu trébuches tu sens
ce vent auquel tu crus longtemps
courber ton bras autour de la bruyère :

 

Celui qui vint du sommeil
et se tourna vers le sommeil
peut bercer l'ensorcelé

 

Tu le berces en bas, vers les eaux,
où se mire le martin-pêcheur,
près du nulle-part des nids.

 

Tu le berces en bas, à travers la laie,
qui, profond dans la braise des arbres, avide, cherche la neige,
tu le berces jusqu'au mot
qui nomme là-bas ce qui déjà blanc est à toi.

 

 

   

   

 

 

Waldig

 

 

Waldig, von Hirschen georgelt,
umdrängt die Welt nun das Wort,
das auf den Lippen dir säumt,
durchglüht von gefristetem Sommer.

Sie hebt es hinweg und du folgst ihm,
du folgst ihm und strauchelst  du spürst,
wie ein Wind, dem du lange vertrautest,
dir den Arm ums Heidekraut biegt :

wer schlafher kam
und schlafhin sich wandte,
darf das Verwunschene wiegen.

Du wiegst es hinab zu den Wassern,
darin sich der Eisvogel spiegelt,
nahe am Nirgends der Nester.

Du wiegst es hinab durch die Schneise,
die tief in der Baumglut nach Schnee giert,
du wiegst es hinüber zum Wort,
das dort nennt, was schon weiß ist an dir.

 

 

 

 

Paul Celan

De seuil en seuil

Traduit de l'allemand par Valérie Briet

Christian Bourgois Éditeur, 1991

SG