18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 08:49

 

Le cyprès dur à cuire

ne pleure pas sur les tombes

Perpendiculaire il monte une garde

de l'espèce la plus rude

 

Dans l'ombre inébranlable des oliviers

les cigales chantent

une magie d'oubli universel

 

Ici nulle part de chêne

hormis celui-là seul

que je porte toujours

dans mon esprit

 

Dans la félicité de son ombre

il y a un silence magique

 

 

 

 

Sigurður Pálsson

Poèmes des hommes et du sel

Traduit de l'islandais par Régis Boyer

La Différence, 1993

 

 

 

                     

   

 

 

 

Tegundir

 

 

Kýprusviðurinn harður af sér

grætur ekki á grafreitnum

Þráðbeinn stendur hann vörð

harðastur tegunda

 

Í örófsskugga ólífutrjánna

kyrja trjásöngvur

algleymisseið

 

Eik er hér hvergi

nema sú eina

sem ég ávallt ber

í huga mér

 

Í skuggsælu hennar

er galdraþögn

SG