14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 19:03

 

Chêne de Guernica, plus fort et saint ombrage

Que celui de Dodone où s'abritait la voix

Du dieu (selon la foi naïve d'autrefois),

Une voix parvenue à travers le feuillage

 

Comment peux-tu te plaire en ces temps de saccage ?

Quel espoir attends-tu du soleil, quelle joie

De l'Atlantique aux doux zéphyrs, que sont pour toi

Rosée à l'aube, Avril, ses tendres pluies volages ?

 

Il serait acueilli comme une délivrance,

Le coup qui jetterait au sol toutes tes branches,

Si dans leur cercle ombreux ces esprits élevés,

 

Législateurs de la Biscaye et défenseurs

Des libertés d'antan, paysans et seigneurs,

Devaient ne plus trouver leur siège réservé.

 

 

 

William Wordsworth

Poèmes

Traduction de François-René Daillie

Gallimard, 2001

 

 

 

                                ♦

 

 

 

The oak of Guernica

 

 

Oak of Guernica ! Tree of holier power

Than that which in Dodona did enshrine
(So faith too fondly deemed) a voice divine
Heard from the depths of its aerial bower


How canst thou flourish at this blighting hour ?
What hope, what joy can sunshine bring to thee,
Or the soft breezes from the Atlantic sea,
The dews of morn, or April's tender shower ?


Stroke merciful and welcome would that be
Which should extend thy branches on the ground,
If never more within their shady round


Those lofty-minded Lawgivers shall meet,
Peasant and lord, in their appointed seat,

Guardians of Biscay's ancient liberty.

 

 

 

William Wordsworth

SG