8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 08:41

 

                                       À Michel-François Lavaur.

 

Je taille des paroles aux oubliés

frères d'humus qui nous ont donné vie

la nourriture

                     et nous accueilleront

 

Je les connais dans leur marche très lente

dans leur spirale et leur aspiration

dans leur respir et sous leur masque dru

drageon    châtaigne    tronc ou bogue

 

J'ai commerce d'oiseaux parmi eux

contre leur nuit têtue et si frêle en dedans

le sang    la sève    le poumon    ou les feuilles

la peau    la corne        ou la lignée du bois

 

    Mon âme est une cime de feuillage

mon cœur comblé est une mousse duveteuse

mes bras    branches lancées cinglant à tout venant

mes  yeux    l'écorce qui s'entr'ouvre au jour

 

 

 

Francine Caron

15 ans de poésie

Aux amis de Nard, 1981

SG